Un rapporteur de l'APCE réagit aux exécutions au Japon

« La peine de mort ne procède d’aucune justice, aussi effrayant soit le crime commis ; elle est tout simplement inadéquate », a déclaré Yves Cruchten (Luxembourg, SOC), le rapporteur général de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) pour l'abolition de la peine de mort, réagissant à l’annonce d'une série d'exécutions au Japon.

Sept membres de la secte apocalyptique Aum Shinrikyo, qui avaient perpétré une attaque chimique mortelle dans le métro de Tokyo en 1995, ont été exécutés à Tokyo la semaine dernière.

« La manière dont les exécutions sont pratiquées au Japon est particulièrement inhumaine. Aucun préavis n'est donné, et même la famille n'est informée qu'après la pendaison », a ajouté M. Cruchten.

« Le Japon a le statut d'observateur auprès du Conseil de l'Europe. Nous sommes fiers de notre position ferme contre la peine de mort, fondée sur des principes – personne n'est exécuté dans aucun de nos 47 États membres. J'invite le Japon à se joindre à nous, ainsi qu'à de nombreux autres pays dans le monde, en mettant définitivement un terme à cette pratique cruelle ».