Consolider la liberté des médias en tant que piliers d’élections démocratiques

« La liberté des médias est une condition nécessaire pour des élections démocratiques ; ils doivent être libres d’informer le public sans pressions politiques ou économiques », a déclaré la Commission de la culture, réunie à Tbilissi, soulignant que « le choix des électeurs n’est pas réellement libre s’il n’est pas un choix bien informé ».

Suivant les propositions de Gülsün Bilgehan (Turquie, SOC), rapporteure sur cette question, la commission a invité les Etats membres à « revoir leur cadres de régulation en matière de couverture médiatique des campagnes électorales », avec notamment l’obligation des médias du secteur de la radiodiffusion de couvrir les campagnes électorales « de manière équitable et impartiale », en assurant aux partis d’opposition une couverture équilibrée dans les programmes.

Selon le projet de résolution adopté par la commission, l’indépendance éditoriale des médias du service public devrait être garantie, en mettant fin à toute tentative de les influencer ou de les transformer en médias gouvernementaux. « L’État n’est pas le patron des médias de service public ; ceux-ci ne doivent subir aucune pression ni représailles pour les informations qu’ils diffusent », a souligné Mme Bilgehan dans son rapport, approuvé par la commission.

Constatant une mutation du paysage médiatique avec l’expansion des médias en ligne et le rôle croissant des médias sociaux, la commission estime également que les Etats devraient mettre en œuvre des stratégies efficaces pour protéger le processus électoral de la manipulation de l’information et de la propagande à travers les médias sociaux.

S’agissant de ces nouveaux médias, la commission a proposé des mesures telles que le développement de cadres de régulation spécifiques concernant les contenus internet en période électorale, et la mise en place d’une responsabilité juridique claire pour les sociétés de médias sociaux qui publient des contenus illégaux préjudiciables aux candidats. Toutefois, les Etats devraient limiter les mesures extrêmes, telles que le blocage de sites entiers, selon la commission.

Enfin, la commission a recommandé aux organismes du secteur des médias de développer des cadres d'autorégulation avec des normes professionnelles et éthiques concernant leur couverture des campagnes électorales. Elle a également appelé les intermédiaires d’Internet à coopérer avec la société civile et les organisations spécialisées dans la vérification des contenus, pour que toute information soit confirmée par une source tierce qui fait autorité.