Reconnaître les langues des signes comme langues officielles

Des millions de personnes sourdes utilisent les langues des signes à travers le monde chaque jour. Cependant, peu d’États les ont reconnues comme langues officielles. Ce manque de reconnaissance ne permet pas de garantir l’accès à l’éducation en langues des signes et de proposer une interprétation en langue des signes dans les services publics, a souligné la Commission sur l’égalité et la non-discrimination de l’APCE.

En adoptant à l’unanimité un projet de résolution, sur la base du rapport préparé par Miren Edurne Gorrotxategui (Espagne, GUE), la commission a demandé la reconnaissance officielle des langues des signes afin de permettre aux personnes sourdes d’exercer leurs droits fondamentaux tels que le droit à l’emploi, à l’éducation, à l’accès aux services de santé et à la participation à la vie politique. Selon les parlementaires, cette reconnaissance officielle contribuerait également à promouvoir davantage la richesse de la culture sourde et enverrait un message fort d'inclusion à la communauté sourde.

Reconnaître les langues des signes comme langues officielles, souligne le texte, contribuerait à promouvoir leur utilisation dans les institutions publiques, y compris dans les parlements nationaux, et à prévenir la discrimination. La reconnaissance doit s’accompagner, pour pouvoir avoir un impact, d’un engagement politique fort et de la disponibilité de ressources financières afin de garantir que les services et l’enseignement soient réellement accessibles dans les langues des signes.