Non à la modification de cellules germinales dans les embryons humains

La Commission des questions sociales a aujourd’hui réitéré l’appel du Conseil de l’Europe à une « interdiction des grossesses induites à partir de cellules germinales ou d’embryons humains dont le génome a été modifié de manière intentionnelle ».

La déclaration, adoptée à l’unanimité, rappelle le consensus actuel de la communauté scientifique selon lequel l’utilisation de telles nouvelles technologies génétiques chez l’être humain n’est pas sure, nonobstant l’annonce de la prétendue naissance de deux bébés en Chine à la suite d’une intervention sur le génome.

Tout en estimant urgent un débat public sur le sujet, les parlementaires ont souligné que « la modification intentionnelle de la lignée germinale chez l’être humain contrevient à une norme que l’Assemblée parlementaire tient pour inviolable d’un point de vue éthique ».