Un rapporteur appelle les autorités russes à abandonner les poursuites contre la journaliste Svetlana Prokopyeva

Lord George Foulkes (Royaume-Uni, SOC), rapporteur général de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) sur la liberté des médias et la protection des journalistes, a exprimé aujourd'hui sa préoccupation concernant les actions de la police contre la journaliste russe Svetlana Prokopyeva.

La police a arrêté et interrogé la journaliste pour avoir commenté, lors d’une émission, l'attentat-suicide perpétré l'an dernier, qui – selon les autorités russes – équivaut à « justifier publiquement le terrorisme ». Les forces de l’ordre ont perquisitionné l’appartement de Mme Prokopyeva et saisi ses ordinateurs, ses téléphones et ses dossiers. Les tribunaux de Pskov ont également condamné Radio Echo Moscow et le média Pskov Newsfeed à des amendes pour avoir diffusé ses commentaires.

« La Convention européenne des droits de l'homme protège le droit des journalistes de relater des faits et d'exprimer des opinions, même si celles-ci ne sont pas appréciées par les autorités ou traitent de questions controversées ou délicates », a déclaré Lord Foulkes. « Toute action contre ce droit fondamental constitue une violation de l'article 10 de la Convention. Rendre compte d'un sujet complexe tel que le terrorisme ne signifie pas le soutenir ou le justifier ».

« Punir les journalistes qui traitent de tels problèmes et infliger des amendes aux médias pour la diffusion de tels reportages peuvent avoir un effet dissuasif sur la liberté des médias. J'appelle donc les autorités russes à abandonner les poursuites engagées contre la journaliste et à lui restituer sans délai son équipement et ses dossiers professionnels. Les deux médias condamnés à une amende pour avoir publié les commentaires de Svetlana Prokopyeva devraient se voir offrir la possibilité de faire appel et d’annuler cette décision », a-t-il ajouté.