Moldova : les droits fondamentaux ont généralement été respectés, malgré une campagne entachée de violations

Les élections législatives du 24 février en Moldova ont été concurrentielles et les droits fondamentaux respectés dans l'ensemble, mais la campagne s'est déroulée dans un climat de mécontentement des institutions publiques et a été entachée d'allégations de pression sur les employés de la fonction publique, d'indications fortes d'achats de votes et d'utilisation abusive des ressources de l'État, ont conclu les observateurs internationaux dans une déclaration préliminaire publiée aujourd'hui.

Le contrôle et la propriété des médias par les acteurs politiques ont limité la gamme des points de vue présentés aux électeurs, ont déclaré les observateurs. La plupart des aspects des élections ont été gérés de manière professionnelle et transparente, et les observateurs ont évalué le vote de manière positive, malgré les difficultés et la confusion causées par l’introduction d’un nouveau système électoral et la tenue simultanée d’un référendum, ce qui a posé des problèmes de procédure de dépouillement.

Claude Kern (France, ADLE), chef de la délégation de l'APCE, a déclaré : « Le jour du scrutin a été généralement bien organisé. Comme en témoigne la campagne électorale, le nouveau système électoral a malheureusement confirmé les principales préoccupations de la Commission de Venise du Conseil de l'Europe, en particulier l'absence de mécanismes efficaces pour empêcher toute influence indue des hommes d'affaires fortunés, combinée à un système médiocre de supervision des partis et des candidats, un financement et des pénalités inadaptées ».