Prévenir et réduire le stress au travail

« La prévention, la gestion et la réduction du stress au travail doivent être prises en compte à différents niveaux de gouvernance et dans le secteur privé », a déclaré la Commission permanente de l’APCE, qui a appelé les Etats membres à recenser les lacunes législatives de leurs politiques de santé et de sécurité au travail, pour assurer une meilleure couverture des risques psychosociaux – notamment en ce qui concerne les professionnels de santé, les travailleurs sociaux, les policiers, les enseignants et les prestataires de service – tout en tenant compte de la dimension de genre.

La résolution adoptée aujourd’hui à l'unanimité, basée sur le rapport de Stefaan Vercamer, (Belgique, PPE/DC), préconise d’élargir la liste des maladies professionnelles aux troubles provoqués par le stress, y compris le burnout. « Les Etats membres devraient aussi examiner les répercussions de la robotisation et de l’intelligence artificielle sur l’organisation du travail, de façon à réduire le stress – lié à l’insécurité de l’emploi – et favoriser le travail partagé », ont souligné les parlementaires.

Enfin, le texte adopté encourage les employeurs à garantir un équilibre sain entre vie professionnelle et vie privée, par la mise en place de semaines raccourcies à quatre jours (28 à 32 heures de travail hebdomadaire), des horaires modulables, plus d’autonomie, des possibilités de télétravail et des systèmes de travail partagé.