À l’occasion de la Journée contre le racisme, Gabriela Heinrich cible le populisme et le nationalisme

Gabriela Heinrich (Allemagne, SOC), Rapporteur général de l’APCE sur la lutte contre le racisme et l’intolérance, a ciblé les dirigeants européens qui suscitent des sentiments populistes ou nationalistes dans une déclaration marquant la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale (21 mars 2019).

« Les idéologies populistes, nationalistes et racistes représentent de sérieuses menaces à la démocratie et à la coexistence pacifique en Europe. Leur impact nocif ne devrait jamais être sous-estimé » a-t-elle déclaré.

« Exploitant la crainte et les préjugés pour obtenir un soutien politique, les populistes contestent les institutions et les principes démocratiques. Les nationalistes dénigrent les institutions internationales et ne respectent pas leurs obligations de défendre les droits de l’homme, au nom de prétendues valeurs et intérêts nationaux. »

« Le racisme et d’autres formes d’intolérance, y compris l’antisémitisme, l’anti-tsiganisme et l’islamophobie, sont de plus en plus normalisés, avec une augmentation parallèle et inquiétante des crimes haineux. La haine imprègne de plus en plus le discours politique, ciblant les individus et les groupes vulnérables, endommageant le tissu social et nourrissant davantage les préjugés. »

« A l’occasion de la Journée internationale pour l’éradication de la discrimination raciale, j’appelle les dirigeants européens, les décideurs politiques et les législateurs à prendre des mesures contre le racisme et l’intolérance dans toutes leurs formes en commençant par les stéréotypes négatifs, le langage stigmatisant et la violence verbale. La liberté d’expression s’accompagne de responsabilités et de limites, que personne, même dans l’arène politique, ne doit dépasser, sous aucun prétexte politique. »