La Présidente félicite le peuple et les autorités arméniennes pour leur transition politique pacifique et démocratique

S’exprimant à l’issue de sa visite officielle en Arménie, la Présidente de l’APCE, Liliane Maury Pasquier, a félicité le peuple arménien et les autorités pour avoir complété une transition politique pacifique et démocratique qui a suivi une réforme majeure du système de gouvernance du pays. « Il est important de noter que cette transition s’est déroulée pacifiquement et dans le cadre constitutionnel et juridique existant. Au cours de mes rencontres avec des représentants des gouvernements, des hommes politiques et de la société civile, j’ai ressenti un large soutien en faveur du processus démocratique en cours et un réel désir de progrès. C’est une grande chance pour la démocratie arménienne », a déclaré la Présidente.

Dans ce contexte, la Présidente a souligné la nécessité de continuer à renforcer les institutions démocratiques. « Je suis tout à fait d’accord avec le Président de la République pour dire que les institutions doivent être les garantes de la démocratie. C’est particulièrement vrai pour le parlement, qui joue désormais un rôle clé dans le processus politique. Il doit donc remplir pleinement son nouveau rôle, en adoptant les lois nécessaires et en exerçant un contrôle démocratique sur l’action gouvernementale. Toutes les forces politiques doivent assumer pleinement leurs responsabilités en s’engageant dans un débat démocratique constructif. La majorité a la responsabilité particulière de respecter les droits de l’opposition », a poursuivi Liliane Maury Pasquier.

Abordant la question de la réforme, la Présidente de l’APCE a souligné que le Gouvernement était confronté à un défi politique majeur qui consistait à mettre en œuvre la réforme dans un certain nombre de domaines clés, tels que l’indépendance du pouvoir judiciaire, la réforme pénale, la lutte contre la corruption, l’autonomisation économique ainsi que la réforme dans le domaine social. « Je suis pleinement consciente qu’en ce moment crucial, les institutions nationales ont besoin de beaucoup d’expertise et de moyens et j’ai assuré mes interlocuteurs arméniens au plus haut niveau qu’ils peuvent compter sur le soutien du Conseil de l’Europe, en particulier dans le cadre du Plan d’action 2019-2022 ».

L’égalité entre les femmes et les hommes, l’autonomisation des femmes et la lutte contre la violence à l’égard des femmes ont également été au centre des discussions. « L’Arménie a pris des mesures importantes dans ce domaine, notamment en signant, en janvier 2018, la Convention d’Istanbul sur la prévention et la lutte contre la violence faite aux femmes et la violence domestique. J’ai été encouragée par les déclarations sans équivoque des autorités en faveur de la ratification de la Convention et je soutiens les mesures concrètes prises dans ce sens, notamment l’élaboration d’une stratégie pour l’égalité et les discussions sur les améliorations à apporter au cadre juridique régissant la protection contre la violence à l’égard des femmes et la lutte contre celle-ci. Les projets du Ministère du travail et des affaires sociales visant à l’autonomisation économique des femmes sont particulièrement louables, de même que les efforts du Médiateur et de la société civile » a déclaré la Présidente. Dans ce contexte, elle a présenté l’étude conjointe de l’APCE et de l’UIP sur Le sexisme, le harcèlement et la violence à l’égard des femmes dans les parlements en Europe et l’initiative #NotInMyParliament, encourageant les partenaires arméniens à participer à ce processus et souhaitant que cette initiative soit étendue aux autres secteurs, comme la fonction publique, le secteur économique, les universités etc.

Enfin, la Présidente de l’APCE a remercié les autorités arméniennes et la ville de Erevan d’avoir inauguré la Place de l’Europe dans la capitale arménienne, à l’occasion du 70e anniversaire du Conseil de l’Europe. « Ce fut un grand honneur de participer à la cérémonie d’inauguration. Aujourd’hui, les citoyens arméniens ont une petite partie de l’Europe au cœur de leur belle capitale. Elle nous rappelle à tous les grandes réalisations que l’Europe a apportées à notre vie quotidienne, comme par exemple la protection de nos droits sociaux dans le cadre de la Charte sociale européenne, la reconnaissance des diplômes de l’enseignement supérieur grâce au processus de Bologne, ainsi que les droits et libertés politiques et civils fondamentaux protégés par la Convention européenne des droits de l’homme. Ensemble, nous devons défendre nos droits, nos libertés et notre Europe », a conclu la Présidente.