Macédoine du Nord : l'élection s’est bien déroulée, mais le cadre légal nécessite encore d'être amélioré

Les élections présidentielles de dimanche en Macédoine du Nord se sont bien déroulées et les libertés fondamentales de réunion et d’expression ont été respectées. Les élections se sont déroulées de manière pacifique, transparente et sans désordre. Toutefois, les observateurs internationaux concluent dans une déclaration préliminaire publiée aujourd’hui qu’il faut encore absolument une réforme électorale de grande ampleur.

« Ces élections pacifiques et globalement bien administrées témoignent qu’il est possible de mobiliser la volonté politique nécessaire pour tenir des élections démocratiques », a déclaré Sereine Mauborgne, Coordinatrice spéciale dirigeant la mission d’observation des élections de courte durée de l’OSCE. « Cette approche constructive doit se poursuivre durant le deuxième tour et au-delà. J’espère sincèrement qu’à la suite de ces élections, on s’efforcera réellement d’adopter une loi électorale cohérente et que l’on s’occupera enfin des défis qui perdurent depuis fort longtemps » .

Environ 1,8 million d’électeurs étaient appelés aux urnes dans 3 396 bureaux de vote répartis dans tout le pays. Cependant, l’exclusion automatique d’électeurs détenteurs de documents d’identité périmés a créé un obstacle déraisonnable qui a affecté quelque 11 000 citoyens. Des améliorations ont été relevées dans la précision du registre électoral, toutefois il convient de traiter les divergences entre bases de données publiques et les différences de formats de données.

« Le scrutin d’hier était bien organisé et les électeurs qui y ont participé ont pu faire leur choix librement », a déclaré Marie-Christine Dalloz, Chef de la délégation de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE). « La délégation regrette que la participation ait été faible pour une élection présidentielle. Si le système politique fonctionnait de manière mature et que la loi électorale était réformée, cela remobiliserait les citoyens qui participeraient alors activement à l’élection de leur chef de l’Etat. L’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe et la Commission de Venise sont prêtes à aider les autorités de la Macédoine du Nord à mettre en œuvre les réformes » .

La campagne s’est déroulée dans le calme et dans un climat pacifique ; tous les participants ont pu faire campagne sans entraves et les libertés fondamentales ont été respectées. Les personnalités publiques ont tenu à faire clairement la distinction entre leurs activités publiques et leurs activités politiques, et ont évité d’utiliser des ressources de l’Etat dans la campagne.

« Nous avons eu le plaisir de voir une campagne qui a porté sur des préoccupations de fond, où les candidats ont débattu de leurs visions pour l’avenir de la Macédoine du Nord » , a déclaré Reinhold Lopatka, chef de la délégation de l’Assemblée parlementaire de l’OSCE (AP OSCE). « Les trois candidats ont tous plaidé pour une intégration européenne plus poussée ; quel que soit l’avenir que le peuple choisira, des élections démocratiques seront cruciales. Les efforts clairement déployés par des personnalités publiques pour éviter de mélanger activités politiques et activités officielles sont une évolution importante contribuant à faire que les candidats jouent tous à armes égales » .

L’administration des élections a fait son travail de manière impartiale et jouissait de la confiance de la majorité des parties prenantes. Cependant, la transparence et l’efficience de la Commission électorale centrale ont été ternies par des dysfonctionnements techniques de ses systèmes d’information et de communication, faisant planer le doute sur la sécurité informatique.

Le suivi des médias par le BIDDH a conclu que la chaîne publique a assuré une couverture impartiale et que les médias dans l’ensemble ont présenté des informations diversifiées sur les candidats et les partis politiques qui les soutenaient, ce qui a permis aux électeurs de faire un choix éclairé. Des diffuseurs et autres médias ont couvert la campagne ; ils ont pour l’essentiel été neutres dans leurs reportages, tandis que les médias en ligne et la presse papier ont parfois manqué d’équilibre dans leur couverture.

Le cadre légal continue de susciter des préoccupations. La loi prévoit bien des élections démocratiques, mais le code électoral n’est pas taillé pour les exigences d’une élection présidentielle. L’absence de règles de campagne explicites pour les candidats a fait que des pans de la campagne ont été menés sur la base d’accords interpartis qui ne donnaient pas l’égalité des chances à tous les candidats.

« Les élections ont été menées sans heurts, ce qui montre tout ce qui peut être fait lorsqu’il y a une véritable volonté politique » a déclaré Corien Jonker, Chef de la Mission d’observation des élections de l’OSCE-BIDDH (Bureau pour les institutions démocratiques et les droits de l’homme). « J’espère que les autorités nationales comme les partis politiques continueront de travailler dans cet esprit. Les réformes électorales que le BIDDH avait recommandées doivent être menées à terme, en se concentrant notamment sur la transparence du financement de campagne et la reddition des comptes de campagne ».

Le fait que les dépenses des candidats n’aient pas été déclarées de manière uniforme, l’absence de réglementation de la participation à la campagne pour des tierces parties et de reporting par des partis politiques soutenant des candidats ont affecté à la fois la transparence du financement de la campagne et l’efficacité de la supervision.

La mission internationale d’observation des élections compte environ 240 observateurs venus de 38 pays, dont 189 observateurs de longue et courte durée déployés par le BIDDH, 40 parlementaires et agents de l’AP OSCE et 12 de l’APCE.

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :
Andreas Baker, AP OSCE +389 70636321 ou +45 601 08126, andreas@oscepa.dk
Katya Andrusz, BIDDH, +389 728 07826 ou +48 725 880 257, katya.andrusz@odihr.pl
Chemavon Chahbazian, Secrétariat APCE +389 706 36302 ou +33 6 50 68 76 55, Chemavon.Chahbazian@coe.int