La présidence française revêt une symbolique politique en ce 70e anniversaire de l’organisation

Dans son discours d’ouverture de la Commission Permanente aujourd’hui à Paris Liliane Maury Pasquier a donné son plein soutien aux priorités de la présidence française du Comité des Ministres et a rappelé « la portée symbolique politique toute particulière » de cette présidence qui intervient au moment où l’organisation marque son 70e anniversaire.

« La France, membre fondateur et lieu de naissance de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 ainsi que de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne de 1791, a toujours été un acteur de premier plan dans la défense de nos valeurs », a-t-elle déclaré.

Saluant les décisions prises par le Comité des Ministres à Helsinki, la Présidente a expliqué qu’afin de donner suite à « ces décisions concordantes, l’Assemblée devrait prendre encore certaines décisions, notamment en ce qui concerne le moment quand les délégations nationales peuvent être présentées à l’Assemblée et dans quelles conditions, en vue d’un examen possible des pouvoirs des délégations de la Bosnie-Herzégovine et de la Fédération de Russie durant notre partie de session de juin ».

« De plus, nous devrions revenir à la question des pouvoirs des délégations et aux droits des membres qui peuvent être limités éventuellement en cas de contestation de leur part », a-t-elle ajouté.

Enfin, elle a annoncé la tenue d’une réunion du comité mixte, réunissant des membres de l’APCE et le Comité des Ministres afin de renforcer la capacité de l’organisation à réagir lorsque des Etats membres violent leurs obligation statutaires.