Arrêt des grèves de la faim en Turquie : il est temps de prendre des mesures concrètes pour normaliser la vie politique

La Présidente de l’APCE, Liliane Maury Pasquier, a salué l’arrêt des grèves de la faim en Turquie : « Je suis soulagée d’apprendre que des centaines de détenus et d’autres personnes, dont Leyla Guven et trois autres parlementaires, aient cessé leur grève de la faim. Les mesures prises par le Ministère de la Justice pour lever la mesure d’isolement imposée à Abdullah Öcalan, qui est détenu sur l’île d’Imrali depuis 2011, permettent désormais les visites régulières de ses avocats et des membres de sa famille, conformément aux recommandations du Comité européen pour la prévention de la torture (CPT).

Pour l’heure, je pense avec regret à ceux qui sont morts pour faire entendre leur voix et que nous ne devons pas oublier. Je reste cependant fermement convaincue que les problèmes politiques et juridiques doivent être résolus par le dialogue et la négociation, et pas par des actions qui mettent en péril la vie humaine. C’est pourquoi j’appelle instamment toutes les parties prenantes à reprendre le processus de paix qui est absolument indispensable et qui contribuerait aussi à stabiliser la région.

J’espère que la nouvelle stratégie en matière de justice incitera les autorités à prendre des mesures concrètes pour remédier aux défaillances mises en lumière par notre Assemblée parlementaire et par la Commission de Venise, et que cela aidera à normaliser la vie politique. Cette stratégie devrait en particulier viser à restaurer pleinement la liberté d’expression et la liberté des médias, conformément aux principes énoncés dans les arrêts de la Cour européenne des droits de l’homme. Le Conseil de l’Europe et son Assemblée parlementaire se tiennent à la disposition des autorités turques pour leur fournir l’assistance nécessaire tout au long de ce processus ».