'Nous devons assumer nos responsabilités pour défendre les intérêts communs de l’ensemble des Européennes et Européens'

 « La partie de session que nous commençons aujourd’hui se tient dans un contexte tout à fait exceptionnel. Notre Organisation traverse une situation de crise qui a des implications sérieuses pour le système européen de protection des droits humains ainsi que pour la stabilité et la viabilité de nos propres institutions », a rappelé la Présidente à l’ouverture de la session.

« Il nous faut donc trouver un moyen d’aller de l’avant. Nous avons toutes et tous le même objectif : défendre les intérêts communs des 830 millions d’Européennes et d’Européens qui comptent – sans aucune exclusion – sur la protection que leur donne, particulièrement, la Convention européenne des droits de l’homme. Gardons toujours cette considération à l’esprit », a souligné Liliane Maury Pasquier.

« En prenant nos décisions aujourd’hui, nous devons toutes et tous nous rappeler les origines de la crise que nous traversons, car il y a des faits incontestables que cette Assemblée ne peut ni ignorer ni accepter. Nous allons donc continuer à défendre avec conviction et détermination nos positions, ainsi que les principes du droit international auxquels nous sommes fermement attachés ! En même temps, nous devons assumer nos responsabilités institutionnelles et politiques », a-t-elle déclaré.

En conclusion, la Présidente a rappelé qu’en cette année du 70e anniversaire du Conseil de l’Europe, « il est de notre devoir de faire tout notre possible pour que notre Organisation puisse continuer à défendre une union plus étroite entre les nations et les peuples de l’Europe et les valeurs qui en sont le fondement : la paix, la dignité et les droits humains, la démocratie et l’Etat de droit ».