Dépenses pour 2020-2021 : l’APCE continuera d’être le moteur politique du Conseil de l’Europe

 Malgré les enjeux budgétaires du prochain exercice biennal, l’Assemblée devra continuer d’être « le moteur politique du Conseil de l’Europe », notamment en s’attaquant aux défis relatifs aux droits de l’homme, l’État de droit et la démocratie, tant au niveau national que régional, ainsi que qu’aux évolutions sociétales auxquelles sont confrontés ses États membres, a indiqué l’APCE dans une résolution adoptée aujourd’hui, sur la base du rapport de Mart van de Ven (Pays-Bas, ADLE).

Selon le texte adopté, l’Assemblée soutiendra la mise en œuvre efficace au niveau national des normes et conventions du Conseil de l’Europe. Elle concentrera son action sur les trois piliers du programme et du budget de l’Organisation, ainsi que sur la mise en œuvre des diverses stratégies pluriannuelles transversales du Conseil de l’Europe (concernant notamment les droits de l’enfant, l’égalité entre les sexes ou la gouvernance d’internet). L’APCE proposera également de nouvelles normes qui pourraient être élaborées dans des domaines émergeants comme les nouvelles technologies, la numérisation et l’intelligence artificielle.

Enfin, l’Assemblée considère que ses travaux devraient contribuer à la réalisation du Programme de développement durable à l’horizon 2030 et a décidé de consentir des efforts particuliers pour accroître la participation des parlementaires à ce processus.