Faire de la lutte contre la violence à l’égard des enfants une priorité nationale

L’APCE a demandé aux États membres de faire de la lutte contre la violence à l’égard des enfants une « priorité nationale », et dans ce contexte, a encouragé les parlements nationaux à s’impliquer davantage dans la mise en œuvre et le suivi de de la cible 16.2 des objectifs de développement durable (ODD)*, visant à mettre un terme à la maltraitance, à l’exploitation, à la traite et à toutes les formes de violence et de torture dont sont victimes les enfants.

A cet égard, le Conseil de l’Europe, qui a élaboré « des normes révolutionnaires et contraignantes » dans ce domaine, peut apporter son soutien aux États pour traiter de difficultés telles que le manque de données fiables, et des problèmes de coordination des priorités stratégiques au niveau national et international, ont souligné les parlementaires.

En adoptant une résolution, sur la base du rapport de Doreen Massey (Royaume-Uni, SOC), l’APCE a recommandé aux Etats membres d’assurer des services de qualité dans les domaines de l’éducation, de la santé, des services sociaux et de la justice pour les enfants, et d’accorder suffisamment d’allocations budgétaires. Les Etats devraient également élaborer un plan d’action national pour la mise en œuvre du Programme 2030.

Enfin, l’Assemblée a recommandé au Comité des Ministres de garder cette question en tête des programmes de ses organismes intergouvernementaux et de suivi chargés des droits des enfants, et de collaborer avec les Nations Unies pour accélérer les progrès dans le monde entier.

*Le Programme de développement durable des Nations Unies à l’horizon 2030 comprend plusieurs Objectifs (ODD) et cibles connexes relatives aux droits de l’enfant, qui relèvent du mandat du Conseil de l’Europe et reflètent ses normes et ses principes, notamment la cible 16.2.