Harcèlement et intimidation à Westminster : il est temps de déclarer #PasDansMonParlement

 Liliane Maury Pasquier, Présidente de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE), a réagi à la publication de deux enquêtes indépendantes sur les intimidations et le harcèlement à la Chambre des Communes et à la Chambre des Lords.

« Comme d'autres, je suis profondément déçue d'apprendre ce qui se passe dans certaines parties du Parlement britannique. Ce type de comportement est inacceptable n’importe où – mais dans les couloirs du pouvoir, parmi ceux qui représentent et aspirent à diriger la nation, il est particulièrement choquant.

Malheureusement, cela n’est que trop fréquent : dans une étude que nous avons menée l'année dernière sur les parlements européens, plus de 40% du personnel parlementaire avait déclaré avoir été victime de harcèlement sexuel au travail.

C'est la raison pour laquelle, en octobre dernier, nous avons lancé, en collaboration avec l'Union interparlementaire, l'initiative #PasDansMonParlement. Depuis lors, je suis fière de dire que des centaines de parlementaires, et d'autres personnes travaillant avec eux, se sont engagés à faire tout leur possible pour mettre fin au harcèlement sexuel, aux abus et à la violence contre les femmes dans les parlements.

Je félicite les autorités de Westminster d'avoir mis en place ces enquêtes et je leur demande instamment de prendre des mesures énergiques pour mettre fin à cette culture toxique, notamment en donnant suite aux recommandations formulées dans les deux rapports.

Chacun.e a droit à la dignité et au respect où qu'il / elle travaille. J'encourage tout le monde à Westminster –et dans d'autres parlements européens – à prendre les mesures nécessaires pour mettre fin aux comportements dégradants ou abusifs et pour faire de notre engagement une réalité quotidienne : #PasDansMonParlement ».