Liliane Maury Pasquier : ‘Les discours et les crimes de haine gangrènent nos sociétés’

« Les discours et les crimes de haine gangrènent nos sociétés, les rongeant de l'intérieur », a déclaré Liliane Maury Pasquier, Présidente de l'Assemblée parlementaire, dans une déclaration à l'occasion de la Journée européenne des victimes des crimes de haine (22 juillet).

« Il y a huit ans aujourd'hui, 77 personnes ont perdu la vie lors d'une horrible attaque haineuse à Utøya et Oslo. Depuis lors, beaucoup plus de personnes ont été victimes de crimes de haine en Europe et dans le monde, ciblées de manière injustifiée en raison de leur origine nationale ou ethnique, de leur statut de migrant ou de réfugié, de leur religion, de leur sexe, de leur orientation sexuelle, de leur identité de genre ou de leur handicap, réels ou supposés.

« Comme l'Assemblée l'a récemment souligné dans sa Résolution 2275 (2019), les responsables politiques ont à la fois l'obligation politique et la responsabilité morale de lutter contre les discours de haine, qui sont souvent à l'origine des crimes de haine. Nous devons non seulement nous abstenir d'utiliser nous-mêmes des propos haineux et un langage stigmatisant, mais nous devons également condamner rapidement et sans équivoque leur utilisation par d'autres.

« Nous ne devons jamais laisser notre silence favoriser un climat d'impunité pour les crimes de haine, car ils nuisent non seulement à leurs victimes, mais sapent également l'une des valeurs au cœur même de l'Europe : le respect des droits humains de chaque individu", a-t-elle déclaré.