Un rapporteur soutient l’asile pour Snowden, et demande à l’Europe une procédure d’asile pour les lanceurs d’alerte

Sylvain Waserman, rapporteur de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe sur l’amélioration de la protection des lanceurs d’alerte partout en Europe, commente les récentes déclarations d’Edward Snowden : « Il est temps qu’une procédure de demande d’asile propre aux lanceurs d’alerte soit instituée. Depuis plusieurs années la protection des lanceurs d’alerte est devenue, pour nos sociétés, un véritable marqueur démocratique. Elle illustre en effet la maturité de nos démocraties à traiter des situations qui peuvent parfois remettre en cause leur propre fonctionnement. Les procédures de demande d’asile en sont un bon exemple : les critères retenus depuis des décennies ne sont pas adaptés aux enjeux nouveaux d’une société de l’information où le lancement d’alerte devient un enjeu démocratique majeur ».

Sylvain Waserman présentera son projet de rapport à l’Assemblée le 1eroctobre prochain. Le texte, déjà approuvé par la Commission des questions juridiques et des droits de l’homme, propose entre autres de faire évoluer les législations en matière de droit d’asile, pour pouvoir prendre en compte le cas des lanceurs d’alerte. Dans le cadre de la préparation de son rapport, M. Waserman a organisé au Conseil de l’Europe les « 48 heures Chrono pour les lanceurs d’alerte », avec comme moment phare un échange de vues avec Edward Snowden par visio-conférence.

« Je souscris donc pleinement à ‘l’étude de cas’ présentée par le précédent rapporteur sur la protection des lanceurs d’alerte, Pieter Omtzigt, dans son rapport adopté par l’Assemblée en 2015 en faveur d’un asile pour Edward Snowden », a conclu M. Waserman.