La Présidente termine sa visite officielle en Allemagne avec des éloges

A l’issue de sa visite officielle en Allemagne, la Présidente de l’Assemblée, Liliane Maury Pasquier, a salué l’engagement exemplaire de l’Allemagne pour la défense des droits humains, de la démocratie et de l’Etat de droit – les valeurs qui sont au centre de l’action du Conseil de l’Europe.

« Il est hautement symbolique de visiter Berlin quelques jours après les célébrations du 30e anniversaire de la chute du Mur – un événement pivot dans le processus de la construction européenne. Avec la réunification de l’Allemagne, les Européennes et les Européens ont montré résolument leur volonté de ne plus être divisé-e-s et d’œuvrer – ensemble – pour la paix, la démocratie et les droits humains – un objectif que le Conseil de l’Europe s’était fixé il y a 70 années au moment de sa création. »

Face à la « récession de la démocratie, des droits humains et de l’Etat de droit », la Présidente a plaidé pour le dialogue et la coopération entre tous les Etats membres afin de préserver notre acquis commun. « Il est vrai que, fragilisée par de nombreuses attaques dans nos Etats membres ainsi que dans notre voisinage, la démocratie progresse aujourd’hui à un rythme irrégulier.

Je partage les préoccupations de mes interlocutrices et interlocuteurs concernant les développements dans certains de nos pays, notamment en ce qui concerne les tendances autoritaires et le recul des libertés fondamentales. Nous n’avons pas de « solutions miracles » pour les résoudre, mais les nombreuses conventions du Conseil de l’Europe, nos mécanismes de suivi ainsi que la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme sont des outils concrets qui permettent de maintenir le cap.

En tant que parlementaires de nos 47 Etats membres, nous devons – sans hésitation – aborder dans un dialogue franc et ouvert les problèmes qui font reculer les valeurs que nous défendons afin de préserver la qualité de la démocratie et la solidité de nos institutions, dans l’intérêt de nos concitoyennes et de nos concitoyens.

Dans ce contexte, je salue l’engagement actif des nombreuses et nombreux membres de la délégation allemande à l’Assemblée qui défendent et renforcent l’acquis du Conseil de l’Europe en préparant des rapports importants au sein de plusieurs de nos commissions » a précisé la Présidente.

La visite a également été une occasion d’échanger sur la mise en place de la nouvelle procédure complémentaire entre le Comité des Ministres et l’Assemblée en cas de violation grave par un Etat membre de ses obligations statutaires ainsi que sur le besoin de doter le Conseil de l’Europe de ressources financières adéquates lui permettant de remplir sa mission politique.

« Le soutien solide de l’Allemagne – qui présidera en 2020 le Comité des ministres du Conseil de l’Europe – est essentiel pour avancer sur ces dossiers et je remercie les autorités pour leur engagement politique et diplomatique » a continué la Présidente. Enfin, durant sa visite, Liliane Maury Pasquier a pris part à une table ronde dédiée à l’initiative #PasDansMonParlement contre le sexisme, le harcèlement et la violence envers les femmes, organisée au Bundestag par la délégation allemande à l’Assemblée à laquelle Claudia Roth, Vice-présidente du Bundestag, a notamment participé.

« En dénonçant et en combattant toute manifestation de sexisme, de harcèlement ou de discours haineux en premier lieu au sein de nos Parlements, nous montrons l’exemple à nos concitoyennes et à nos concitoyens. La campagne #PasDansMonParlement - #NichtInMeinemParlament – est un outil concret à notre disposition » a déclaré la Présidente.

Lors de son entretien avec Franziska Giffey, Ministre pour la Famille, les Séniors, les Femmes et les Jeunes, la Présidente a également salué les initiatives menées par le Gouvernement, notamment le lancement de la campagne « Protéger les femmes face à la violence » (« Frauen vor Gewalt schützen ») et la future création d’un Institut pour l’égalité.

« L’Assemblée soutient les efforts de l’Allemagne pour promouvoir l’égalité et combattre la violence envers les femmes, notamment dans le cadre la mise en œuvre de la Convention d’Istanbul. Les réseaux parlementaires de l’Assemblée, notamment « Femmes sans violence » et l’« Alliance parlementaire contre la haine » sont à la disposition du Bundestag pour fournir des exemples de bonnes pratiques et l’expertise spécifique » a conclu la Présidente.