Droits de l’enfant : 'il faut plus de volonté politique'

« Chaque année, la moitié des enfants dans le monde sont victimes de violence. Même en Europe, un quart des enfants vit dans la pauvreté. Ces chiffres sont aussi inacceptables qu’alarmants », a déclaré aujourd’hui à Genève la Présidente de l’Assemblée, Liliane Maury Pasquier, en ouvrant la conférence célébrant le 30e anniversaire de la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant.

« Malgré les belles déclarations officielles, la volonté politique pour protéger les droits de l’enfant n’est pas toujours suffisamment présente. Les enfants font en effet partie des groupes les plus vulnérables face à la pauvreté, au changement climatique, à la crise migratoire et aux conflits armés. »

L’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe soutient pleinement la mise en œuvre de la Convention relative aux droits de l’enfant au niveau régional. La Convention du Conseil de l'Europe sur la protection des enfants contre l'exploitation et les abus sexuels, également appelée « Convention de Lanzarote », dont l’Assemblée est à l’origine, met en pratique, dans un texte spécifique, les principes fondamentaux de la Convention des Nations Unies.

« Il est important de rappeler que les enfants doivent, d’abord et avant tout, être considérés comme des enfants et que leur intérêt supérieur doit guider toutes les décisions qui les concernent », a conclu la Présidente de l’Assemblée.