Liliane Maury Pasquier : ‘Restons mobilisé-e-s pour que le Programme 2030 des Nations Unies puisse être un succès’

« Nous avons encore beaucoup de progrès à faire pour atteindre les Objectifs de développement durable figurant dans le Programme 2030 des Nations Unies », a déclaré Liliane Maury Pasquier, Présidente de l’APCE, s’exprimant à l’ouverture du 25ème Forum de Lisbonne. « Nous devons rester mobilisé-e-s pour que le Programme 2030 puisse être un succès », a-t-elle ajouté, soulignant l’importance de lutter contre le changement climatique, les inégalités entre les pays, entre femmes et hommes, ainsi que contre toutes formes de discriminations, « pour ne laisser personne de côté ».

La Présidente Maury Pasquier a rappelé que les parlements nationaux avaient un rôle clé à jouer dans la mise en œuvre des Objectifs de développement durable. « Les parlements ont l'obligation de donner l'impulsion politique nécessaire », a-t-elle souligné, jugeant leur contribution « essentielle pour transformer ces objectifs en politiques nationales tangibles et mesurables ». Ils doivent intégrer ces objectifs dans l'exercice de leurs fonctions législatives, budgétaires et de contrôle, mais aussi sensibiliser la société aux défis du développement durable par un débat public inclusif sur ces questions, selon la Présidente.

Dans ce contexte, « l'égalité des genres et les droits de l'enfant sont des questions fondamentales aussi bien pour les droits humains que pour le développement durable », a déclaré Mme Maury Pasquier, qui a réaffirmé son appui politique aux Stratégies du Conseil de l’Europe pour l’égalité entre les femmes et les hommes 2018-2023 et pour les droits de l’enfant 2016-2021, « à un moment où l’on constate un recul des droits des femmes, mais également des droits des enfants ».

A l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, ce 25 novembre, Mme Maury Pasquier a conclu en invitant les participants au Forum à soutenir son initiative #PasDansMonParlement, lancée fin 2018, pour sensibiliser à la nécessité de lutter contre le sexisme et de prévenir et combattre le harcèlement et la violence à l’égard des femmes dans les parlements.