L'APCE salue les mesures prises par Interpol pour mettre fin aux abus, mais estime qu'il est possible de faire plus

L’APCE a salué les mesures prises récemment par Interpol pour mettre fin aux abus des notices rouges et des diffusions de personnes recherchées, mais a déclaré qu’il fallait faire davantage pour améliorer la transparence du travail d’Interpol et renforcer la responsabilité des États qui en abusent.

Approuvant un rapport d'Aleksander Pociej (Pologne, PPE/DC), l'Assemblée a déclaré que l'organe mondial de la police avait un « rôle crucial » à jouer dans la lutte contre l'impunité, et a salué le fait qu'il a mis en œuvre un grand nombre de recommandations de l’Assemblée, dans un rapport de 2018.

Toutefois, l’Assemblée a également énuméré une série de réformes supplémentaires qu'Interpol pourrait mener pour garantir que certains pays n'abusent pas de ces procédures à des fins politiques ou de corruption - notamment la divulgation de données sur l'efficacité de ses processus de réexamen, un contrôle encore plus approfondi des notices rouges et l’indemnisation des victimes et de diffusions injustifiées.

« Un équilibre raisonnable doit être trouvé entre l'intérêt légitime de prévenir l'impunité pour les crimes graves, qui violent eux-mêmes les droits de l'homme, et les droits de la personne visée par une demande d'extradition », ont déclaré les parlementaires dans une résolution.

L'Assemblée a également appelé à l'amélioration des procédures d'extradition en général, et a indiqué de nombreuses manières aux États membres du Conseil de l'Europe de donner l'exemple d'une bonne coopération dans ce domaine.