Une rapporteure salue la libération d'Afgan Mukhtarli par l'Azerbaïdjan et appelle à une action immédiate pour tous les cas de prisonniers politiques en Azerbaïdjan

Sunna Ævarsdottir (Islande, SOC), rapporteure pour le suivi de la Résolution 2322 (2020) de l'Assemblée sur les « cas signalés de prisonniers politiques en Azerbaïdjan », a salué la libération hier d'Afgan Mukhtarli, journaliste d'investigation critique, emprisonné depuis mai 2017 après avoir prétendument été enlevé de Géorgie.

« Je suis très heureuse d'apprendre que le calvaire de M. Mukhtarli ait pris fin et qu'il va retrouver sa famille », a déclaré Mme Ævarsdottir. « L'Assemblée s'était déjà préoccupée du cas de M. Mukhtarli, que j'ai rencontré lors de ma visite en Azerbaïdjan en septembre dernier, qu'elle avait désigné comme prisonnier politique présumé dans sa Résolution 2184 (2017) ».

« Les autorités azerbaïdjanaises doivent maintenant prendre des mesures fermes pour respecter les obligations de leur pays en tant que membre du Conseil de l'Europe et partie à la Convention européenne des droits de l'homme, en libérant tous les autres prisonniers politiques et en réglant les problèmes systémiques sous-jacents », a-t-elle poursuivi.

« Ils doivent notamment mettre en œuvre immédiatement tous les éléments des arrêts pertinents de la Cour européenne des droits de l'homme et commencer à travailler de manière constructive avec l'Assemblée sur les recommandations formulées dans la Résolution 2322 (2020). La fenêtre d'opportunité pour éviter les conséquences les plus graves d'un manquement persistant se rétrécit rapidement ».