COVID-19 : en temps de crise, la démocratie parlementaire ne peut pas être mise entre parenthèses

« La démocratie et le contrôle parlementaire des gouvernements, même s'ils sont exercés par de nouveaux moyens, doivent être protégés durant la pandémie du COVID-19 », a déclaré Dame Cheryl Gillan (Royaume-Uni, CE/AD), Présidente de la Commission des questions politiques et de la démocratie de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe.

« Il s'agit de garantir la transparence et le débat public, et de préserver la confiance des citoyens dans les institutions démocratiques, ce qui est essentiel en situation de crise », a-t-elle ajouté.

« Le contrôle parlementaire et la responsabilité démocratique deviennent encore plus importants en temps de crise, car l'exécutif, soumis à des contraintes de temps, doit adopter des mesures immédiates qui peuvent avoir un impact énorme sur la vie et les libertés des personnes. Cela nécessite la continuité de l'autorité publique, même dans les conditions d’un état d'urgence, mais toujours sous le contrôle démocratique du parlement et des tribunaux, et dans le strict respect des exigences de la Convention européenne des droits de l'homme », a-t-elle déclaré.

« Les Parlements, fonctionnant si nécessaire comme une chambre virtuelle ou avec une distanciation sociale et une rotation des présences, doivent donc continuer à jouer pleinement leur rôle de gardien des droits fondamentaux des citoyens, fondés sur la dignité humaine, et à refléter la pluralité de la société. Les parlements doivent également protéger l'accès des citoyens à l'information et la liberté d'expression ».

« Le COVID-19 est un défi sans précédent pour nous tous. Nous, représentants de nos peuples, devons également relever le défi de ces circonstances extraordinaires et placer l'intérêt général, ainsi que la sécurité et la sûreté de la population, au-dessus de tout jeu ou tactique politique. En même temps, nous devons plaider pour plus de solidarité et d'entraide entre nos nations, afin de préserver l'intégrité démocratique de notre continent et au-delà », a-t-elle conclu.