COVID-19 : Des rapporteurs saluent la grâce accordée à des prisonniers en Azerbaïdjan, mais appellent à la libération de tous les prisonniers politiques

Les corapporteurs pour le suivi de l'Azerbaïdjan, Stefan Schennach (Autriche, SOC) et Sir Roger Gale (Royaume-Uni, CE/AD), ainsi que la rapporteure sur les « cas signalés de prisonniers politiques en Azerbaïdjan », Sunna Ævarsdottir (Islande, SOC), ont salué le décret présidentiel publié par le Président Aliyev graciant 176 prisonniers de plus de 65 ans nécessitant des soins particuliers en raison de leur âge et de leur état de santé, dans le contexte de la pandémie du COVID-19.

« Cette mesure humanitaire répond aux préoccupations exprimées par la Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe concernant la protection des droits humains et de la santé des personnes détenues dans les prisons des États membres du Conseil de l'Europe pendant la crise sanitaire », ont-ils déclaré.

« Nous notons la libération de deux prisonniers, condamnés suite aux événements de Nardaran en 2015 dans des procès inéquitables qui ont suscité les préoccupations de la communauté internationale, et auxquels nous avons fait référence dans notre précédent rapport. Nous considérons qu'il s'agit d'un pas dans la bonne direction et attendons maintenant de nouveaux progrès pour traiter tous les cas en suspens », ont ajouté les rapporteurs.

« Les grâces présidentielles discrétionnaires ne remplacent pas un système judiciaire indépendant qui empêche en premier lieu des détentions injustes et à motivation politique. Nous appelons les autorités à libérer tous les prisonniers politiques », ont-ils conclu, en rappelant les Résolutions 2293 (2020) et 2184 (2017) de l'Assemblée.