COVID-19 : les rapporteurs de suivi mettent en garde les autorités azerbaïdjanaises contre l'utilisation de la pandémie pour réprimer l'opposition

Les rapporteurs de l'APCE pour le suivi de l'Azerbaïdjan, Stefan Schennach (Autriche, SOC) et Sir Roger Gale (Royaume-Uni, CE/AD), ont exprimé leur inquiétude face à la répression des critiques par les autorités sous prétexte de lutter contre la pandémie de coronavirus, et concernant la sécurité des prisonniers condamnés lors de procès inéquitables et considérés par la communauté internationale comme prisonniers politiques.

« Nous avons reçu de nombreuses informations faisant état d'une répression à grande échelle des opposants au gouvernement et de restrictions à la liberté d'expression, y compris l'accès à Internet, sous couvert de mesures de sécurité contre la pandémie de COVID-19 », ont-ils déclaré.

« Plus de 15 militants de l'opposition et journalistes ont été condamnés à des peines de détention allant jusqu'à 30 jours pour avoir enfreint les règles de confinement ou avoir désobéi aux ordres de la police. Nous sommes particulièrement préoccupés par les informations selon lesquelles Ali Kerimli, leader du parti d'opposition Front populaire, a été placé de facto en résidence surveillée et a vu ses lignes Internet et téléphoniques bloquées. Le cas du militant de l'opposition Agil Khumbatov, qui aurait été placé dans un asile et contraint de subir un traitement psychologique suite à des déclarations critiques, soulève également la plus grande inquiétude », ont-ils ajouté.

« Malheureusement, ces arrestations suivent un schéma de répression de longue date contre les détracteurs du gouvernement. Dans le contexte actuel, nous sommes particulièrement inquiets pour la sécurité des prisonniers politiques et des prisonniers d'opinion, car leur santé et leur vie sont menacées en raison d'une possible infection par le COVID-19 ».

« Nous appelons les autorités azerbaïdjanaises à respecter strictement les obligations internationales du pays concernant la protection de la liberté d'expression, et à s'abstenir de tout abus des mesures visant à lutter contre la pandémie de coronavirus pour museler l'opposition politique », ont-ils