Pour une contraception moderne et accessible à tous

Tous les types de contraception moderne, dont les méthodes contraceptives réversibles à longue durée d’action, « devraient être accessibles et abordables financièrement à tous », indépendamment de toute considération de sexe, d’origine sociale ou nationale et de toute autre situation, et « être accompagnés de conseils et d’informations fiables », a affirmé la Commission permanente.

La résolution adoptée appelle les gouvernements européens à introduire une éducation sexuelle complète dans tous les programmes scolaires et à faire en sorte qu’une telle éducation, adaptée à l’âge des élèves, « ait caractère obligatoire pour tous, sans possibilité de s’y soustraire ». Toutes les méthodes modernes de contraception, dont la contraception d’urgence sans prescription, devraient être « mises à la disposition du public, notamment dans les zones rurales et reculées, ainsi qu’aux groupes marginalisés et vulnérables », et les méthodes contraceptives devraient être financièrement abordables.

La Commission permanente a également adopté un addendum au rapport de Petra Bayr (Autriche, SOC), qui souligne que les politiques de réponse à la pandémie doivent tenir compte des aspects sexospécifiques de la crise. « La santé et les droits sexuels et reproductifs devraient être prioritaires et des ressources adéquates devraient être allouées », souligne le texte.

L’addendum invite les gouvernements à considérer l'accès à la contraception, y compris la contraception d'urgence, et les soins de santé maternelle avant, pendant et après l'accouchement, comme des « services de santé essentiels à maintenir pendant la crise et prendre toutes les mesures d'accompagnement nécessaires pour garantir la fourniture et l’accès à ces services ».