Une plus grande priorité à la lutte contre la violence sexuelle à l’égard des enfants

L’APCE a exprimé sa profonde inquiétude face à la propagation de la violence sexuelle contre les enfants, souvent non signalée en raison de la honte, des relations de pouvoir déséquilibrées entre les victimes et les auteurs, de la peur de divulguer des informations intimes ou du fait que la divulgation pourrait entraîner une nouvelle victimisation.

En adoptant une résolution basée sur un rapport de la Baronne Doreen Massey (Royaume-Uni, SOC) lors d'une réunion tenue aujourd'hui par téléconférence, la Commission permanente de l'APCE a déclaré que le risque d'abus sexuels sur les enfants était d'autant plus élevé que l'Europe luttait contre la pandémie de COVID-19 : « Beaucoup d’enfants se retrouvent confinés avec des personnes dont ils sont déjà victimes d’abus ou qui risquent d’abuser d’eux, hors de la vue de celles et ceux qui, en temps normal, pourraient détecter, prévenir ou signaler les abus potentiels ».

« Le confinement exacerbe aussi les dangers d’internet, car les enfants passent plus de temps à jouer en ligne et utiliser les réseaux sociaux et les plateformes éducatives », ont déclaré les parlementaires. « Les systèmes de protection de l’enfance ne sont pas suffisamment équipés pour remplir leur mission en temps de crise sanitaire mondiale », a déclaré l'Assemblée.

Elle a également appelé les États membres à faire de la lutte contre la violence sexuelle à l'égard des enfants une priorité politique, à utiliser pleinement les ressources disponibles, à intensifier leur action et à renforcer leur coopération.

Najat Maalla M'jid, représentante spéciale du Secrétaire général des Nations unies sur la violence contre les enfants, a également pris part au débat, présentant le travail accompli au niveau mondial. Elle a souligné l'importance d'une législation forte, de la responsabilisation des entreprises et de la sensibilisation par l'éducation. Elle a également souligné le rôle des parlements et a exprimé son engagement à travailler en étroite collaboration avec l'Assemblée.