Le génocide des Yazidis en 2014 : le rapporteur de l'APCE Pieter Omtzigt demande que justice soit faite

En août 2014, Daech a commis un génocide contre la communauté Yazidi dans la région de Sinjar, au nord de l'Irak. Daesh aurait tué 5 000 civils yazidis et en aurait vendu des milliers d'autres en esclavage. Des centaines de milliers de Yazidis ont dû fuir leurs maisons. Dans sa résolution 2091 (2016) sur les « combattants étrangers en Syrie et en Irak », l'Assemblée parlementaire a reconnu le caractère de génocide de ces crimes et a demandé que justice soit faite.

Pieter Omtzigt (Pays-Bas, PPE/DC), rapporteur de l'Assemblée sur « La question des combattants étrangers de Daech et de leurs familles qui rentrent de Syrie et d’ailleurs dans les États membres du Conseil de l'Europe », a rappelé aujourd'hui que « six ans après, justice n'a toujours pas été rendue, ni au niveau international, ni dans les tribunaux nationaux. Lors de l'intervention militaire tardive des États-Unis et d'autres pays contre Daech, de nombreux auteurs ou complices possibles de ces atrocités ont été capturés. Mais avec le temps, les preuves se perdent. De nombreux anciens combattants de Daech capturés se sont échappés ou ont été libérés depuis l'intervention militaire turque dans les zones kurdes du nord de l'Irak et de la Syrie. Beaucoup sont retournés dans leur pays d'origine, y compris en Europe, ou ont l'intention de le faire. Nous devons être vigilants et faire tout notre possible pour que tous ceux qui ont participé au génocide des Yazidis il y a six ans rendent des comptes. Le statu quo n'est pas une option, si nous ne voulons pas que de telles atrocités se répètent ».

Pieter Omtzigt a également été le rapporteur de l'Assemblée sur « poursuivre et punir les crimes contre l'humanité, voire l’éventuel génocide commis par Daech » Résolution 2190 (2017). En tant que rapporteur pour avis de la Commission des affaires juridiques et des droits de l'homme, il a participé à la préparation de la Résolution 2091 (2016).