Imprimer
Autres documents liés

Déclaration écrite No. 647 | Doc. 14430 | 13 octobre 2017

Liberté religieuse en Russie

Signataires : Mme Edite ESTRELA, Portugal, SOC ; M. Viorel Riceard BADEA, Roumanie, PPE/DC ; M. Jokin BILDARRATZ, Espagne, ADLE ; M. Liam BYRNE, Royaume-Uni, SOC ; M. Titus CORLĂŢEAN, Roumanie, SOC ; M. Paolo CORSINI, Italie, SOC ; Mme Vanessa D'AMBROSIO, Saint-Marin, SOC ; M. Geraint DAVIES, Royaume-Uni, SOC ; M. José Ramón GARCÍA HERNÁNDEZ, Espagne, PPE/DC ; M. Valeriu GHILETCHI, République de Moldova, PPE/DC ; M. Antonio GUTIÉRREZ, Espagne, SOC ; M. Andres HERKEL, Estonie, PPE/DC ; M. Giorgi KANDELAKI, Géorgie, PPE/DC ; M. Luís LEITE RAMOS, Portugal, PPE/DC ; M. Georgii LOGVYNSKYI, Ukraine, PPE/DC ; Sir Alan MEALE, Royaume-Uni, SOC ; M. Ian MURRAY, Royaume-Uni, SOC ; M. Víctor NAUDI ZAMORA, Andorre, SOC ; M. Joseph O'REILLY, Irlande, PPE/DC ; Mme Irina PRUIDZE, Géorgie, NI ; Mme Soraya RODRÍGUEZ RAMOS, Espagne, SOC ; Mme Leyla ŞAHİN USTA, Turquie, CE ; M. Virendra SHARMA, Royaume-Uni, SOC ; M. Adão SILVA, Portugal, PPE/DC ; M. Ionuț-Marian STROE, Roumanie, PPE/DC ; Mme Adriana Diana TUȘA, Roumanie, SOC ; M. Burhanettin UYSAL, Turquie, CE ; M. Egidijus VAREIKIS, Lituanie, PPE/DC

Cette déclaration écrite n’engage que ses signataires.

La Constitution russe garantit à tout citoyen le droit à la liberté de religion et de conviction, mais ce droit fondamental est menacé car les autorités russes continuent d’alimenter un climat d’intolérance, de discrimination et de persécution contre les minorités religieuses dans l’ensemble de la Fédération. Récemment, les Témoins de Jéhovah, mouvement chrétien qui rejette la violence, ont été interdits pour «extrémisme» par décision de la Cour suprême.

Des mouvements évangélistes, luthériens, baptistes, pentecôtistes, méthodistes, presbytériens, musulmans, hindous, bouddhistes et scientologues, ainsi que d’autres, ont été visés. Certains de leurs membres ont été soumis à une mesure de détention provisoire, sur la base de la loi de 2002 relative à l’extrémisme, alors qu’en réalité ils sont détenus simplement pour leurs activités et convictions religieuses pacifiques.

La loi de 2002 relative à l’extrémisme est à l’origine d’une tendance alarmante à réprimer la société civile et les religions minoritaires «non traditionnelles». Cette loi avait été adoptée initialement pour combattre le terrorisme après le 11 septembre, mais, faute de définir clairement le terme «extrémisme», elle rend pratiquement tout groupe ou individu susceptible d’être exposé à un harcèlement politique et juridique.

Avec tout le respect que nous lui devons, nous demandons instamment au Gouvernement russe d’intervenir pour mettre un terme à ces violations du droit à la liberté de religion et de conviction des membres de minorités religieuses en Russie.