COVID-19 : les enfants migrants derrière les barreaux, confrontés à des menaces supplémentaires avec la pandémie

« Des milliers d’enfants migrants dans le monde se trouvent actuellement derrière des barreaux, seuls ou avec leur famille, en particulier dans le cadre de la rétention administrative. Avec la pandémie mondiale du Covid-19, ces enfants, déjà exposés à tant d’épreuves et de dangers, sont confrontés à des menaces encore plus graves pour leur santé et leur sécurité du fait des risques de contamination et d’autres violations des droits fondamentaux qui viennent s’y ajouter », a déclaré Rósa Björk Brynjólfsdóttir (Islande, GUE), rapporteure de l’APCE sur « Mettre fin à la violence à l’égard des enfants migrants et à leur exploitation ».

« Les 1 900 enfants réfugiés ou migrants non accompagnés ou séparés qui se trouvent sur les îles grecques sont particulièrement vulnérables, et ont un besoin vital et urgent d’un hébergement sûr et d’une protection adaptée », a-t-elle ajouté.

« Je soutiens l’appel de l’UNICEF au transfert immédiat de tous les réfugiés vulnérables, notamment des enfants, dans des structures d’hébergement appropriées sur le continent, dès que possible et dans le respect de toutes les lignes directrices et mesures de santé publique », a déclaré la rapporteure.

« J’appelle aussi tous les gouvernements européens, ainsi que ceux des pays non européens, à respecter les dispositions de la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant et à libérer tous les enfants migrants placés en rétention, conformément aux recommandations de la Campagne parlementaire pour mettre fin à la rétention d’enfants migrants. Un hébergement sûr doit être assuré immédiatement aux enfants migrants non accompagnés afin de les protéger de l’infection du Covid-19 », a conclu Mme Brynjólfsdóttir.