Liste des amendements
Imprimer

Recueil des amendements écrits (Version finale)

  • Doc. 14849
  • Modification de certaines dispositions du Règlement de l’Assemblée

Projet de résolution

1Considérant que ses actions et ses décisions doivent reposer sur des procédures et des règles parlementaires claires, cohérentes et effectives, l’Assemblée parlementaire entend poursuivre sa démarche d’actualisation de son Règlement. Elle rappelle qu’elle a régulièrement procédé ces dernières années à la modification de son Règlement, afin de prendre en compte l’évolution de la pratique parlementaire, de clarifier les règles ou procédures lorsque leur application ou leur interprétation soulève des difficultés, ou répondre aux problèmes spécifiques rencontrés. À cet égard, elle entend tenir compte des propositions formulées par ses membres, les délégations nationales, les groupes politiques et les commissions, en particulier dans le cadre des travaux de la commission ad hoc du Bureau sur le rôle et la mission de l’Assemblée parlementaire, et procéder aux ajustements nécessaires de son Règlement.

2En conséquence, l’Assemblée décide de modifier son Règlement comme suitLe texte mis entre crochets correspond au libellé original, qu’il est proposé de supprimer.:

2.1s’agissant des conditions de formation et de disparition d’un groupe politique, modifier l’article 19 comme suit:

«19.1. Les représentants et suppléants peuvent former des groupes politiques par affinités politiques. Pour être reconnus par le Bureau, les groupes politiques doivent s’engager à promouvoir et à respecter, en particulier dans leur charte politique, leurs statuts et leurs activités, les valeurs du Conseil de l’Europe, notamment le pluralisme politique, les droits de l’homme et la prééminence du droit.

19.2. Un groupe politique doit compter au moins [vingt membres] 5% des membres composant l’Assemblée d’au moins huit [six] délégations nationales. Aucun membre de l’Assemblée ne peut appartenir à plus d’un groupe politique.

(Si adopté, les amendements 6, 7 tombent)
Déposé par M. Stefan SCHENNACH, M. Tiny KOX, Mme Ria OOMEN-RUIJTEN, Mme Elisabeth SCHNEIDER-SCHNEITER, M. Frank SCHWABE, M. Andreas NICK, M. Werner AMON, Mme Nicole TRISSE, Mme Rósa Björk BRYNJÓLFSDÓTTIR, Mme Thorhildur Sunna ÆVARSDÓTTIR, M. Mart van de VEN
Dans le projet de résolution, paragraphe 2.1, remplacer les mots «5% des membres composant l'Assemblée» par les mots suivants: «25 membres».
(Si adopté, les amendements 7, 8 tombent)
(Tombe si l'amendement 1 est adopté)
Déposé par M. Manuel VESCOVI, M. Alberto RIBOLLA, M. Paolo GRIMOLDI, Mme Daisy PIROVANO, M. Alvise MANIERO
Dans le projet de résolution, paragraphe 2.1, supprimer les mots «5% des membres composant l’Assemblée» et le mot «huit».
(Tombe si les amendements 1, 6 sont adoptés)
Déposé par M. Alvise MANIERO, M. Gianni MARILOTTI, M. Gianluca PERILLI, M. Filippo SCERRA, Mme Sabrina DE CARLO
Dans le projet de résolution, paragraphe 2.1, supprimer les mots «5% des membres composant l'Assemblée».
Déposé par la Commission du Règlement, des immunités et des affaires institutionnelles
Dans l’amendement 7, remplacer les mots «supprimer les mots «5% des membres composant l'Assemblée»» par les mots suivants: «remplacer les mots «5% des membres composant l'Assemblée» par les mots suivants «28 membres»».
(Tombe si l'amendement 6 est adopté)
Déposé par M. Alvise MANIERO, M. Gianni MARILOTTI, M. Gianluca PERILLI, M. Filippo SCERRA, Mme Sabrina DE CARLO
Dans le projet de résolution, paragraphe 2.1, supprimer le mot «huit».
Déposé par M. Akif Çağatay KILIÇ, M. Mustafa YENEROĞLU, M. Ziya ALTUNYALDIZ, Mme Emine Nur GÜNAY, M. Kamil AYDIN, M. Roger ZAVOLI, M. Aleksandar ŠEŠELJ, M. Samad SEYIDOV
Dans l'amendement 8, remplacer les mots «supprimer le mot «huit»» par les mots suivants: «remplacer le mot «huit» par le mot suivant: «sept»."

19.3. Lors de sa constitution, chaque groupe politique remet au Bureau de l’Assemblée une déclaration contenant la dénomination du groupe, la liste de ses membres, la composition de son bureau, une charte politique qui établit l'objectif du groupe, ainsi que ses statuts ou son règlement intérieur, qui doivent respecter la Convention européenne des droits de l'homme.Tous les membres du groupe déclarent par écrit, dans une annexe à la déclaration, qu’ils partagent les mêmes affinités politiques et idéologiques.

Chaque groupe notifie au Bureau dans les meilleurs délais toute modification ultérieure.

Un groupe politique qui ne remplit plus les conditions stipulées à l’article 19.2 cesse d’exister. Le Secrétaire général de l’Assemblée parlementaire le notifie au Bureau. Le Bureau en prend note à sa réunion suivante.»

(19.4, 19.5 et 19.6 sans changement);

2.2s’agissant du statut et des prérogatives des membres de l’Assemblée n’appartenant à aucun groupe politique (non-inscrits), et de l’octroi de sièges dans certaines commissions, modifier l’article 44.3 comme suit:

«44.3.b. Le Bureau nomme deux membres supplémentaires à la commission du Règlement, des immunités et des affaires institutionnelles parmi les représentants et suppléants de l’Assemblée qui n’appartiennent à aucun groupe politique. Les groupes politiques en désignent les membres en assurant une représentation équitable des délégations nationales le cas échéant.»;

2.3s’agissant du statut du Président de l’Assemblée sortant, modifier l’article 20.3 comme suit:

«20.3. Pour autant qu’il n’a pas cessé d’être représentant ou suppléant à l’Assemblée, qu’il n’a pas démissionné de ses fonctions de Président, ou qu’il n’a pas été destitué de ses fonctions en application de l’article 54, le Président élu sortant est membre de droit de la commission des questions politiques et de la démocratie, de la commission pour le respect des obligations et engagements des États membres du Conseil de l'Europe (commission de suivi) et de la commission du Règlement, des immunités et des affaires institutionnelles. L’article 44.6 ne lui est pas applicable.»;

2.4s’agissant de la procédure d’élection des juges à la Cour européenne des droits de l'homme:

2.4.1modifier le paragraphe 4.i du mandat de la commission sur l’élection des juges à la Cour européenne des droits de l'homme comme suit:

«4.i. La commission vote à la majorité des suffrages exprimés [sauf pour une décision de rejet d’une liste de candidats]. Une décision de prise en considération d’une liste de candidats d’un seul sexe dans des cas exceptionnels requiert la majorité des deux tiers des suffrages exprimés. La commission procède au vote sur les candidats au scrutin secret. Seuls les membres ayant assisté en totalité à la procédure d’entretien des candidats pour un poste de juge peuvent voter. Les membres de la commission originaires du pays dont la liste est examinée ne sont pas autorisés à voter sur le rejet éventuel de la liste de leur pays ni sur les préférences à exprimer parmi les candidats qui y figurent. Pour toute autre décision, la commission vote à main levée. Un vote au scrutin secret peut être demandé si un tiers au moins des membres présents le demandent. Le président est habilité à prendre part au vote.»;

2.4.2modifier les dispositions complémentaires relatives aux candidats à la Cour européenne des droits de l’homme, en amendant la Résolution 1366 (2004), modifiée, comme suit:

en remplaçant le paragraphe 3 par le paragraphe suivant:

«3. L’Assemblée décide de ne pas prendre en considération les listes de candidats:

i. donnant à penser que les domaines de compétence dans lesquels ont été sélectionnés les candidats sont indûment restreints;

[ii. ne comportant pas au moins un candidat de chaque sexe, excepté dans des circonstances telles que prévues au paragraphe 4;]

ii. si les candidats ne satisfont pas tous aux conditions définies à l’article 21, paragraphe 1, de la Convention européenne des droits de l’homme;

iii. si l’un des candidats ne semble pas posséder une connaissance active de l'une des langues officielles du Conseil de l'Europe et une connaissance passive de l'autre;

[iii.b. ne semblent pas tous présenter une envergure compatible avec l’article 21, paragraphe 1, de la Convention européenne des droits de l’homme;]

iv. si la procédure nationale de sélection n’a pas satisfait aux exigences minimales d’équité et de transparence;

v. si le Panel consultatif n’a pas été dûment consulté.

Dans de tels cas, la proposition de rejet d’une liste de candidats est adoptée par la commission sur l’élection des juges à la majorité des voix exprimées. Cette proposition doit être entérinée par l’Assemblée dans le cadre du rapport d’activité du Bureau de l’Assemblée et de la Commission permanente. L’acceptation par l’Assemblée de la proposition de rejet d’une liste entraîne son rejet définitif; l’État concerné est invité à soumettre une nouvelle liste. Si la proposition de rejet d’une liste est rejetée par l’Assemblée, la liste est alors renvoyée à la commission.»;

en modifiant le paragraphe 4 ainsi qu’il suit:

«4. De plus, l'Assemblée décide de prendre en considération les listes de candidats d'un seul sexe si ces candidats appartiennent au sexe sous-représenté à la Cour (c'est-à-dire le sexe auquel appartiennent moins de 40% du nombre total de juges) ou dans les cas exceptionnels où une Partie contractante a pris toutes les mesures nécessaires et adéquates pour garantir la présence de candidats des deux sexes qui satisfassent aux exigences du paragraphe 1 de l'article 21 de la Convention européenne des droits de l’homme.

Ces cas exceptionnels doivent être considérés comme tels à une majorité des deux tiers des voix exprimées par les membres de la commission sur l'élection des juges à la Cour européenne des droits de l'homme. Si la majorité requise n’est pas atteinte, la commission recommande à l’Assemblée le rejet de la liste concernée. Cette position doit être entérinée par l’Assemblée dans le cadre du rapport d’activité du Bureau de l’Assemblée et de la Commission permanente.»;

en ajoutant après le paragraphe 5 le paragraphe suivant:

«Le/la président(e) ou un(e) représentant(e) du Panel consultatif est invité(e) par le/la président(e) de la commission sur l’élection des juges à exposer les motifs de l’avis du Panel sur les candidats aux séances d’information organisées avant chaque groupe d’entretiens.»;

2.5s’agissant de l’élection des bureaux des commissions, modifier l’article 46.2 de la manière suivante:

«Jusqu’à l’élection du président de la commission, ou en l’absence d’accord conclu entre les groupes politiques ou de candidatures proposées à la présidence jusqu’à l’élection des vice-présidents, la présidence est assumée par le plus âgé des membres présents, sous la présidence duquel aucun débat ne peut avoir lieu dont l’objet est étranger à l’élection du bureau de la commission [président].»;

2.6s’agissant des rapporteurs des commissions, modifier la quatrième phrase de l’article 50.1 de la manière suivante: «Un rapporteur doit être membre de la commission depuis au moins un an. Un membre de l’Assemblée qui est simultanément rapporteur pour [cinq] trois rapports ou avis en cours, y compris un mandat de rapporteur général, au titre d’une ou plusieurs commissions, ne peut être désigné rapporteur. Il ne peut pas être rapporteur pour plus de deux rapports ou avis par commission. Un membre de la commission de suivi ne peut être rapporteur que pour un seul rapport ou avis de cette commission. (note de bas de page: les rapports ou avis en cours sont ceux qui n’ont pas encore été débattus par l’Assemblée ou la Commission permanente)»;

(Si adopté, les amendements 5, 3, 2 tombent)
Déposé par M. Mart van de VEN, Mme Tineke STRIK, Mme Reina de BRUIJN-WEZEMAN, Mme Petra STIENEN, M. Rik DAEMS, Mme Petra De SUTTER, M. Tiny KOX
Dans le projet de résolution, supprimer le paragraphe 2.6.
(Tombe si l'amendement 4 est adopté)
Déposé par M. Tiny KOX, Mme Ioanneta KAVVADIA, M. Frank SCHWABE, M. Mogens JENSEN, M. George LOUCAIDES
Dans le projet de résolution, paragraphe 2.6, supprimer les mots: «Un rapporteur doit être membre de la commission depuis au moins un an.»
(Tombe si l'amendement 4 est adopté)
Déposé par M. Stefan SCHENNACH, M. Joseph O'REILLY, Mme Aleksandra TOMIĆ, M. Morten WOLD, M. Martin POLIAČIK, M. Zsolt NÉMETH, M. Giorgi KANDELAKI, M. Iulian BULAI, M. Mustafa YENEROĞLU, M. Frank SCHWABE, M. Boriss CILEVIČS, M. Pierre-Alain FRIDEZ, M. Haluk KOÇ, Baroness Doreen MASSEY, Mme Marianne MIKKO, M. Mogens JENSEN
Dans le projet de résolution, paragraphe 2.6, deuxième phrase, supprimer le mot «trois».
(Tombe si l'amendement 4 est adopté)
Déposé par Mme Marianne MIKKO, M. Stefan SCHENNACH, M. Aleksander POCIEJ, M. Zsolt NÉMETH, M. Joseph O'REILLY, Mme Aleksandra TOMIĆ, M. Vetle Wang SOLEIM, M. Haluk KOÇ, M. Jokin BILDARRATZ, M. Martin POLIAČIK, M. Andrej ŠIRCELJ
Dans le projet de résolution, paragraphe 2.6, après les mots: «avis de cette commission» insérer les mots suivants: «, à l’exception du rapport statutaire annuel sur l’état d’avancement de la procédure de suivi de l’Assemblée».

2.7s’agissant du temps de parole en séance:

2.7.1modifier le paragraphe 1 des dispositions complémentaires relatives aux débats de l’Assemblée sur le temps de parole comme suit: «Les orateurs inscrits dans un débat disposent d'un temps de parole de [quatre] trois minutes»;

2.7.2modifier le paragraphe 4 des dispositions complémentaires relatives aux débats de l’Assemblée sur le temps de parole comme suit: «Les présidents des commissions saisies pour le fond disposent de [deux] trois minutes pour la réplique»;

2.7.3modifier l’article 53.4 comme suit: «Le débat d’actualité est limité à une heure et demie. Il est ouvert par l’un des initiateurs du débat, désigné par le Bureau. Celui-ci dispose de dix minutes [le temps de parole des autres intervenants étant limité à quatre minutes].»;

2.8s’agissant de la communication de la présidence du Comité des Ministres et celle du Secrétaire Général du Conseil de l'Europe, amender les lignes directrices concernant les questions aux orateurs invités:

en complétant le chapitre A relatif aux «questions à la présidence en exercice du Comité des Ministres» en y ajoutant un paragraphe 1 libellé comme suit:

«Afin de permettre aux membres de l’Assemblée d’adresser leurs questions à la présidence du Comité des Ministres et d’entendre les réponses, la présentation du rapport sur les activités du Comité des Ministres ne peut excéder un tiers du temps total dévolu à la communication du Comité des Ministres.»;

en complétant le chapitre B relatif aux «questions aux autres orateurs invités» en y ajoutant un paragraphe 7 libellé comme suit:

«Les représentants et suppléants peuvent adresser au Secrétaire Général du Conseil de l'Europe des questions écrites, pour réponse orale. Ils doivent s’inscrire sur le registre prévu à cet effet et déposer le texte de la question une semaine au moins avant l’ouverture de la partie de session. Les questions écrites portant sur un sujet identique ou des sujets connexes peuvent recevoir une réponse commune. Cet exercice suppose l’accord du Secrétaire Général.»;

2.9s’agissant de la publication des discours non prononcés en séance, modifier le paragraphe 3 des dispositions complémentaires relatives aux débats de l’Assemblée portant sur l’organisation des débats, en remplaçant la dernière phrase par la phrase suivante: «Le texte doit être déposé au Service de la séance dans les quatre heures suivant l’interruption de la liste des orateurs, en format électronique, et ne pas dépasser 400 mots.»;

2.10s’agissant de la dénomination du Comité des présidents, remplacer, dans le texte français du Règlement, aux articles 14, 20.1 et 46.3, la dénomination «Comité des présidents» par celle de «Comité présidentiel».

3En outre, s’agissant d’améliorer la procédure d'examen des propositions de résolution et de recommandation présentées par les membres de l’Assemblée ou les commissions, l’Assemblée appelle au respect des dispositions énoncées à l’article 26.3 et 26.4 du Règlement et rappelle que, en stipulant que les propositions de renvois, de transmissions aux commissions ou de classement sans suite doivent faire l’objet d’une ratification par l’Assemblée, le Règlement pose comme principe qu’une telle ratification emporte décision définitive et irrévocable. Elle invite en outre le Bureau de l’Assemblée à garantir le respect des dispositions réglementaires s’agissant de la caducité des saisines des commissions et à approuver et mettre en œuvre les lignes directrices procédurales préparées par le Secrétaire général de l'Assemblée parlementaire, lorsqu’il examine les nouvelles propositions de résolution ou de recommandation.

4S’agissant des dispositions relatives aux demandes de débat d’urgence et d’actualité, l’Assemblée invite le Bureau de l’Assemblée à fixer des critères de recevabilité et de sélection des demandes de débats selon la procédure d’urgence et de débats d’actualité, en réactualisant les critères qu’il avait approuvés en 2007.

5S’agissant de la participation dans les trois commissions dont les membres sont nommés par les groupes politiques, l’Assemblée demande à ces derniers de prendre les mesures fermes nécessaires pour garantir un bon niveau de participation et remplacer dans les commissions concernées les membres qu’ils y ont nommés et qui manquent d’assiduité, en instaurant une règle de principe, par exemple de remplacer les membres après trois absences consécutives ou cinq absences non consécutives.

6L’Assemblée décide que les modifications du Règlement figurant dans la présente résolution entreront en vigueur dès leur adoption. À titre de mesures transitoires, les groupes politiques qui ne rempliront pas les conditions stipulées à l’article 19.2 cesseront d’exister au 30 juin 2019. Les rapporteurs seront tenus de satisfaire aux nouvelles dispositions de l’article 50.1 à l’ouverture de la session ordinaire de l’Assemblée de 2020.

7L’Assemblée entend préciser les conséquences qu’emportent la disparition ou la dissolution d’un groupe politique et considère que, dès lors qu’un groupe a cessé d’exister, les membres appartenant à ce groupe deviennent automatiquement non-inscrits; les présidents et vice-présidents de commission élus au titre de ce groupe conservent leur mandat jusqu’à son terme; les membres de la commission de suivi, de la commission du Règlement et de la commission sur l’élection des juges à la Cour perdent immédiatement leur siège; les membres d’une commission ad hoc d’observation d’élections perdent également immédiatement leur siège.